Poster un commentaire

Tirs groupés sur Wade: Moussa Tine et Me D. C. Bathily

Après que Wade ait révélé avoir nourri des rebelles pendant des années : Moussa Tine et Demba Ciré Bathily ruent dans les brancards.

La sortie fracassante du candidat des «Fal 2012», Me Abdoulaye Wade, avant-hier, à Ziguinchor, révélant avoir nourri des rebelles pendant des  années, a suscité, hier, les réactions de Moussa Tine, président de l’Alliance démocratique pencoo (Adp) et de Me Demba Ciré Bathily, ancien Secrétaire général d’Amnesty international/Sénégal. Dépité par la sortie du leader du Parti démocratique sénégalais (Pds), Moussa Tine n’y est pas allé par quatre chemins pour réclamer la tête de ce dernier. «Nous sommes dans un État qui parle de réglementation, de l’intégrité du territoire qui est un et indivisible. Au moment où il exerce les fonctions de président de la République, il affirme avoir financé la rébellion au Sénégal. Donc, il a véritablement des comptes à rendre. Non seulement au peuple sénégalais, mais aussi à la justice de notre pays. Le procureur doit le faire arrêter. C’est ça la vérité. Il nous doit des explications sur comment et pourquoi il a fait ce qu’il a fait. En tous les cas, cette déclaration est véritablement mal venue», peste l’ancien N°2 de l’Alliance Jëf-jël.
Même tonalité du côté de Me Demba Ciré Bathily. «En disant que cela fait des années qu’il nourrit des rebelles, il ne fait que confirmer ce que tout le monde savait. C’est-à-dire que, pour confiner la rébellion, les gens ont décidé, pendant un certain temps, de verser de l’argent aux rebelles. Maintenant, est-ce que cet argent a été utilisé contre le Sénégal ou est- ce que c’est de l’argent qui a été cantonné à servir les gens du maquis?», souligne-t-il. En tout état de cause, l’ancien Secrétaire général d’Amnesty international/Sénégal assène : «Le premier problème qu’on a, c’est d’abord : puisque c’est de la sécurité d’État dont il s’agit,  c’est le manque de transparence dont il est question. Avec quels fonds cela a été financé ? Mais, est-ce que ça n’a pas été au détriment de la paix ? Dans la mesure où, en créant une situation de rentes, cela a incité à maintenir artificiellement la rébellion». Poursuivant son propos, Me Demba Ciré Bathily demande qu’une enquête soit ouverte pour clarifier la situation. «Il faut qu’il y ait une enquête sur tout ça. Quel est le but de l’argent qui a été distribué ? Presque dans tous les programmes de paix, il y a ce qu’on appelle les ddr. C’est souvent un programme économique pour contrôler certaines troupes, les désarmer et essayer de les réinsérer, et éviter que la violence ne reprenne. La seule interrogation que l’on peut poser, au-delà de ce qui a pu se faire, c’est : est-ce que le chef de l’État a l’autorité de décider tout seul d’utiliser les fonds de l’État à cette fin ? Et quels fonds ont été utilisés, et sur quel budget ?». Parce que, soutient Me Bathily, «les dépenses de l’État sont autorisées par l’Assemblée nationale. Donc, le grand problème se trouve là, et encore cette opacité, c’est-à-dire qu’aujourd’hui, ce qu’il faudrait dire, c’est qu’il faut que le chef de l’État nous clarifie exactement ce qu’il a fait. Quels étaient les destinataires de ces fonds et quels étaient les convoyeurs de ces fonds, et à quoi ces fonds ont servi ?». Sinon, a-t-il averti, «il faut qu’on ait une Commission d’enquête pour clarifier tout cela».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s